Humidification uniforme et active

septembre 2019 Conditions optimales

Étuve à CO2  : « la meilleure sur le marché »

 

L’étuve à CO2 CB 170 de BINDER a de nombreux points forts. Le chef de produit Jens Thielmann est même d’avis qu’« elle est la meilleure sur le marché ». Et ce, pour deux raisons : la nouvelle CB dispose d’une part d’une humidification active en option et d’autre part, d’une convection naturelle qui entraîne une répartition uniforme de l’air à l’intérieur de la chambre de simulation.

 

La CB 170 fabriquée à Tuttlingen dispose ainsi d’un concept anti-contamination parfait.  Rien d’étonnant donc à ce que l’étuve bactériologique remporte l’enthousiasme de toujours plus de clients. Son mode de fonctionnement est le suivant : les cultures cellulaires se trouvent dans un milieu nutritif liquide. Il est important que ce liquide dans lequel baignent les cellules ne s’évapore pas. La méthode optimale pour assurer cela est d’introduire 95 % d’humidité dans la chambre de simulation. L’humidité, avec une grande saturation en vapeur d’eau, empêche le liquide entourant les cellules de s’évaporer.

 

L’entreprise BINDER GmbH a trouvé la solution idéale pour l’humidification active : l’humidification active est régulée au moyen d’une poche à eau raccordée et d’une pompe acheminant l’eau dans le générateur de vapeur. Le client a même la possibilité de remplacer lui-même la poche et le flexible. L’avantage est que le bac à eau à l’intérieur de l’étuve bactériologique est supprimé, ce qui abaisse encore davantage le risque de contamination, à une valeur proche de zéro. Autre avantage apporté par la répartition uniforme de l’air de BINDER : l’utilisation d’un ventilateur qui soulèverait les spores est rendue inutile.

 

Avec la nouvelle CB 170, l’utilisateur mise sur la sécurité, tout en pouvant se réjouir de la réussite de ses travaux dans le domaine de la culture cellulaire. Les professionnels qui travaillent sur des cellules se doivent de rassembler les meilleures conditions pour leur laboratoire, car rien n’est plus délicat que l’incubation de cultures cellulaires.